Festivals au Tibet

Tout au long de l’année, le Tibet et les tibétains s’animent au rythme des festivals. Ils sont tous organisés selon le calendrier lunaire chinois bien que leurs dates diffèrent parfois selon les régions du Tibet.

Février/Mars

Fête de la fin de l’année

Ce festival appelé « Gutor », marque la fin de l’année et se tient le 29ème jour du 12ème mois lunaire soit vers début février. Ce jour sert de transition pour chasser les démons de l’année passée et inaugurer une nouvelle année. Pour cela, les locaux courent avec des poupées à la main représentants des Dieux méchants, ils font des feux de bois et allument des pétards.
Les préparatifs de cette fête commencent deux semaines avant la date prévue. Les tibétains achètent de nouveaux vêtements, de la nourriture et des boissons, préparent les offrandes religieuses, etc.
Le jour même, les tibétains mangent la « Guthuk », soupe de raviolis dans lesquels sont cachés des petits morceaux de bois ou de papiers avec des proverbes. Ils mangent les raviolis tour à tour et prédisent le type de bonheur qu’ils auront dans l’année à venir selon les ingrédients des raviolis choisis.

Le lendemain, ils nettoient et rangent leurs maisons en attendant avec impatience les prochains jours de fête.

Le nouvel An tibétain

Le Nouvel An dit « Losar » est le festival le plus attendu de l’année par les tibétains et probablement le plus impressionnant à voir. Il a lieu la première semaine du premier mois lunaire, vers mi-février.

Pour ce jour si particulier et festif, les jeunes tibétains portent la tenue traditionnelle dite « Chuba » et se rendent au temple avec leur famille pour la première fois de l’année. Les familles font des offrandes de décorations et de bières aux divinités de leurs maisons ainsi qu’au Dragon de l’eau en remerciement de l’eau qu’il leur apporte.

Tout au long de la journée, la fête haute en couleur et en activités se poursuit. Les rues sont envahies par les tibétains vêtus de leurs plus beaux habits, les pèlerins font des offrandes d’encens, les gens se rencontrent, les représentations théâtrales tibétaines se multiplient, etc. Les tibétains mangent les mets préalablement préparés, boivent et dansent avec la famille et les voisins. Les hommes en profitent pour miser sur les jeux de dés ou de mah-jong et les enfants mangent des sucreries.

Le deuxième jour, les tibétains rendent visite à toute leur famille puis les deux jours suivant sont consacrés au repos !!

Le festival du Mônlam Chenmo (La grande Prière)

Le festival du Mônlam Chenmo est un temps de prières, entre le quatrième et le onzième jour du premier mois lunaire. Durant cette période, d’importantes cérémonies bouddhistes ont lieu dans les monastères et de nombreuses danses « Cham » (bouddhistes) sont pratiquées. A partir du jour de l’an jusqu’à la fin du festival Monlam les tibétains continuent de manger, boire et faire des vœux pour la nouvelle année. De nombreux pèlerins se rendent au grand monastère de Lhassa, le Potala.

Le festival des lanternes

Ce festival a lieu le quinzième jour du premier mois lunaire. C’est un festival de commémoration assez original lors duquel les tibétains sculptent des immenses blocs de beurre de yak. Les sculptures, disposées le long du circuit de pèlerinage du Barkhor, représentent de nombreux symboles mais également des lanternes.

Le festival du soulèvement tibétain

Ce jour se tient tous les 10 mars selon notre calendrier grégorien en souvenir du 10 mars 1959, lors du soulèvement des tibétains à Lhassa. A cette occasion, de grandes marche ainsi que des cérémonies bouddhistes sont organisées.

Mai/Juin

Festival de la naissance de Sakyamuni

Le septième jour du quatrième mois lunaire est consacré à la célébration de la naissance du Bouddha Sakyamuni. En son honneur, des festivals et pèlerinages sont organisés un peu partout dans les monastères tibétains.

Le festival Tsurphu

Le dixième jour du quatrième mois lunaire, les danses traditionnelles « Cham » et « Chang » effectuées par les moines sont à l’ordre du jour. La danse la plus remarquable est celle du Karmapa.

Le festival Saka Dawa

C’est le festival bouddhiste le plus important, ayant lieu lors de la pleine lune du quinzième jour du quatrième mois lunaire. Il marque le jour de l’Éveil du Bouddha Sakyamuni et de sa mort (Saga Dawa Düchen). Dans tous les monastères, des prières sont récitées et des danses sont exécutées. Il est dit que les bonnes actions faites dans le mois du festival rapporteront 300 fois plus de bonnes choses en retour c’est pourquoi de nombreux locaux font de très généreuses donations aux mendiants ainsi qu’aux monastères et à l’ordre religieux en général.

Juin/Juillet

Le festival des courses de chevaux de Gyantsé

Le 18ème jour du quatrième mois lunaire, de nombreuses activités ont lieu dans la ville, notamment des danses, des piques niques, du tir à l’arc et des évènements équestres.

Le culte de Bouddha

Pendant la deuxième semaine du cinquième mois lunaire, les parcs de Lhassa sont envahis de tibétains qui viennent y pique niquer.

Le festival du monastère Tashilhunpo

Egalement dans la même semaine que le Culte du Bouddha, le festival du monastère Tashilhunpo de Shigatse se déroule pendant trois jours. Un immense thangka (peinture tibétaine) est accroché dans le monastère.

Festival de Chökhor Düchen

Festival en commémoration du premier sermon du Bouddha Sakyamuni (Chökhor Düchen) au Bouddha Gaya. Pour cette commémoration, les tibétains vont pique niquer après avoir fait une visite au monastère.

Festival Shotong ou le festival des yaourts

Tout l’été les moines se retirent pour un entrainement intensif et un enseignement personnel. A leur retour, le trentième jour du sixième mois lunaire, ils sont nourris de yaourts par les locaux d’où le surnom de « festival des yaourts ». Dans les monastères, des danses « Cham » sont effectuées et de nombreux croyants en costume traditionnel se rassemblent pour la présentation du grand thangka. Après un passage par le monastère, les tibétains se rendent dans les parcs pour pique niquer. Ce festival est aussi connu sous le nom de « festival de l’opéra tibétain» car des concours d’opéra aux costumes et masques très colorés, sont organisés dans les parcs ce jour là.